Interview - Reconstitution d’un squelette de chat, un projet tutoré ! Un projet réalisé par Joëlle, Charlotte, Maewenn, Klervie, Elise et Morgane, étudiantes de 2ème année à Biopraxia Rennes.

 Les projets tutorés, qu’est-ce que c’est ?

Chaque année, nos étudiants ont la possibilité de réaliser un projet tutoré s’ils le souhaitent. Ce travail a pour objectif de leur permettre de développer des compétences en gestion de projets, des nouvelles connaissances tout en s’épanouissant dans un projet qu’ils ont choisi et dont le thème est en lien avec l’ostéopathie animale, les animaux ou plus largement le vivant. Validé en amont par l’équipe pédagogique, le projet individuel ou collectif est ensuite réalisé par les étudiants avant d’être présentés en fin d’année à la direction. Une note bonus est attribuée afin de valoriser l’investissement et le travail fourni en parallèle de leur formation.

Jade : Comment vous est venue l’idée de ce projet tutoré ?

Maewenn : Diane, Jade et Anaël sont venues nous présenter les projets tutorés en début d’année. Elles nous ont donné plusieurs idées pour nous motiver et lorsque Diane a parlé de la reconstitution d’un squelette de chat (squelette qu’elle a récupéré), cela nous a tout de suite plu. J’adore les puzzles, l’anatomie, ça pouvait faire un support super pour les cours à l’école alors, avec Joëlle, lors d’un équi-meeting nous en avons reparlé et on s’est lancées avec notre équipe.

Joëlle : Dès que la proposition a été faite par Diane, on s’est toutes regardées et on s’est dit, c’est pour nous, on va le faire ! C’est aussi une manière d’étudier les os du chat d’une manière un peu folle ! Le fait de travailler en groupe toutes ensemble m’a aussi bien motivée, ça créer de nouveaux liens.

Maewenn : Oui c’est vrai que le fait de travailler sur ce projet ensemble nous a permis de renforcer les liens et on sait que ce sont des personnes avec qui la confiance s’est ancrée, des personnes avec qui on pourrait travailler de nouveau demain les yeux fermés !

ostéopathe équin, soin cheval, ostéopathe animalier ostéopathe équin, ostéopathe animalier mécaniste

Jade : Comment vous êtes-vous organisées pour mener ce projet ?

Joëlle : Nous avons récupéré le squelette après un premier « nettoyage » dans un compost par les vers de terre etc. Diane nous l’a donné dans une boite, il y avait les os en « pièces détachées » recouverts de terre mais il n’y avait plus de muscles, ni de tendons, juste encore un peu de cartilage.

Ensuite, nous avons profité des journées de coworking pour avancer sur le projet tout au long de l’année, nous avons réfléchi et fait des recherches sur comment le nettoyer dans un premier temps. Les os du chat sont très fins donc il fallait prendre son temps pour ne rien abimer. On a ensuite commencé à le dépoussiérer avec le critérium pour enlever les morceaux de terre, puis nettoyer l’intérieur de zones plus sensibles comme le crâne.

Maewenn : on commence à être habituées à manipuler les os, mais là c’était un privilège car il y avait tout à faire, c’est notre petite trace à l’école, c’est nous qui l’avons fait ce squelette ! Mais c’est vrai qu’il y avait un travail très fin d’orfèvre pour tout remettre en forme sans rien abimer. On a retrouvé des petites dents, il fallait les recoller à la bonne place etc. C’était un vrai puzzle, il a fallu beaucoup de patience pour tout reconstituer. On s’est retrouvées un peu ralenties parfois sur certaines phases comme le séchage par exemple (parfois trop vite, parfois pas assez). 

Joëlle : il a aussi fallu trouver un équilibre pour que la structure tienne. On a remarqué que les os du rachis sont assez lourds. Nous avons dû demander de l’aide pour assurer la solidité et le bon maintien du squelette sur le support  (clin d’œil au grand père de Klervie).

En parallèle, on écrivait le journal de bord, il est super fun d’ailleurs, à l’image de ce qu’on faisait. Il y avait des temps où on était hyper sérieuses dans ce projet, à fond dans les recherches et en même temps on ne s’est pas trop prises au sérieux du coup ça fait un journal de bord bien sympa à lire !

ostéologie, myologie, probleme articulaire cheval, ostéopathe animalier mécaniste

Extraits du Journal de bord

 

 

Jade : Qu’est-ce que vous avez préféré dans ce projet ?

Maewenn : il y a plein de choses mais chaque étape nous a poussés à nous poser beaucoup de questions (comment blanchir les os, sur quelle anatomie se baser…). Ça parait tout simple mais c’est un vrai projet de A à Z. C’est très satisfait de voir qu’on a réussi à faire ce qu’on voulait.

Joëlle :  quand on voit le début, le squelette dans sa boite et qu’on voit le squelette final, c’est beau.

osteo, ostéopathe animalier mécaniste, devenir ostéopathe équin, ostéopathie animale, étiopathie vétérinaire, ostéopathe équin ostéologie, ostéopathie animale, ostéopathe équin, école

 

Jade : Vous aviez déjà fait ça auparavant ?

Joëlle : Au Liban, il y a des fosses communes pour les chevaux décédés. Un été, je suis descendue avec des amis pour récupérer des os, je les ai enterrés pour qu’ils soient bien nettoyés. Je les ai ensuite ressortis pour effectuer des travaux similaires mais sur des os beaucoup plus volumineux, ils risquaient moins de casser. J’ai seulement pu garder les « petits » os de chevaux sinon ça prend de la place (rires).

Maewenn : Pas vraiment mais depuis qu’on a commencé ce projet, il m’arrive de trouver des os comme ça de temps en temps dans la nature. J’ai récemment trouvé un bassin mais je n’arrive pas encore à trouver de quelles espèces il peut s’agir, peut-être un bassin de goëland.  Affaire à suivre !

ostéopathe animalier mécaniste, ostéopathie équine, ostéopathe animalier mécaniste équine, ostéopathie vétérinaire ostéopathe équin, chien

Jade : Qu’avez-vous envie d’ajouter ?

Joëlle : Il faut savoir qu’on a passé toute une après-midi à trouver un nom pour le chat. Nous avons décidé de lui donner le nom de la déesse égyptienne à tête de chat. C’est aussi une déesse protectrice de l’humanité, symbole du réconfort matériel, de l’accompagnement :  notre chat s’appelle donc « Bastet » – et il a même une particule « du Compost » puisqu’il vient du compost de Diane (rires). En tout cas, ce chat doit être assez jeune car il restait quelques cartilages de croissance bien que les os étaient déjà soudés. C’était un jeune adulte de petite taille !

Maewenn : en ce moment je lis un livre sur l’Egypte qui parle d’archéologie, de fouilles, de thèses. Ce projet m’a permis de découvrir de nouveaux centres d’intérêts (rires). Mais sinon j’ajouterais que donner le nom de « Bastet du Compost » à ce chat, c’est aussi lui rendre hommage, le garder en mémoire et ça c’est chouette !

En tout cas on peut vous dire qu’avec Bastet, on a magnifique squelette de chat maintenant à l’école de Biopraxia Rennes, bravo à nos étudiantes pour cet excellent travail.

 ostéopathe animalier mécaniste, arthrose, ostéopathie animalière mécaniste ostéopathe équin, osthéopathe, psychologie équine, rebouteux, articulation cheval